De la première guerre mondiale à la chute de l’empire ottoman

La première guerre mondiale dure du 28 juillet 1914 au 11 novembre 1918. Cette « Grande Guerre » cause la mort directe d’environ 18 à 19 millions de personnes selon la plupart des historiens.

En 1918, la France a perdu environ 1,5 millions de morts, représentant plus ou moins 10% de la population active masculine. Elle compte 4,3 millions de blessés militaires.

Certaines régions du territoire métropolitain sont littéralement dévastées : villages entiers rayés de la carte, villes et infrastructures de communications détruites, champs inutilisables, production agricole et industrielle effondrée, pénurie de main d’œuvre…. Le pays fait face à une inflation monétaire, une hausse des prix et un endettement financier importants.

L’Espagne se tient à l’écart du conflit.

La première guerre mondiale signe par ailleurs la fin de l’hégémonie exercée par l’Europe. Son déclin s’amorce à partir de cette période, même si celui-ci n’est pas vraiment perçu par les contemporains, ce qui sera d’ailleurs la cause de nombreuses illusions à l’époque. Au contraire, cette guerre stimule le développement et l’essor du Japon et des Etats-Unis, qui vont prendre la tête de l’économie mondiale.

La fin de la guerre marque également la fin de quatre empires – l’empire russe, l’empire austro-hongrois, l’empire allemand et l’empire ottoman. Les traités remodèlent les cartes du monde, principalement en Europe centrale et dans les colonies.

L’empire russe va connaître la naissance du premier Etat communiste. Des mouvements révolutionnaires ou des grèves insurrectionnelles éclatent dans plusieurs pays d’Europe, y compris en France.

Les accords secrets Sykes-Picot, signés en mai 1916 entre la France et le Royaume-Uni, prévoyaient le partage du Proche-Orient en plusieurs zones d’influence une fois la guerre terminée. Ils ne seront révélés publiquement qu’à la fin de l’année 1917 dans différents journaux. En janvier 1918, le nouveau gouverneur de Pétrograd en fait parvenir une copie au gouverneur ottoman. Les accords Sykes-Picot sont entérinés et légalisés en avril 1920, lors de la conférence de San Remo réunissant le Royaume-Uni, la France, l’Italie, la Grèce, le Japon et la Belgique. Le traité de Sèvres voit le jour le 10 août 1920.

Les accords Sykes-Picot et le traité de Sèvres sont en grande partie à l’origine de la guerre d’indépendance turque qui a lieu entre le 19 mai 1919 et le 11 octobre 1922. Un « sursaut national » a lieu en Turquie et se « cristallise » autour de Mustafa Kemal Atatürk. Au final, cette guerre obligera les Européens à remettre en cause leurs plans initiaux, aboutissant à la négociation du traité de Lausanne.

Ces évènements ont tous un lien direct et/ou indirect avec le déroulement de la guerre du Rif. Mais avant d’aborder plus précisément celle-ci, il est intéressant de faire le point sur le Protectorat français au Maroc juste avant celle-ci.


Point sur le Protectorat français au Maroc avant la guerre du Rif